Base de connaissances

Qualité de l'air intérieur

Notre mode de vie fait que nous passons en moyenne 70 à 90 % de notre temps à l’intérieur d’un environnement clos, comme le bâtiment (école, bureau, logement...). En vivant dans cette environnement, nous y respirons et par conséquent la qualité de l’air intérieur influence notre bien-être et notre santé.

Aération

L’aération constitue le principe de renouvellement de l’air ambiant d’un espace fermé afin d’en éviter la pollution atmosphérique interne.

 

Aération et ventilation, quelle différence ? 

Même si l’objectif final de ces 2 termes est identique, il convient d’en expliciter la subtilité. Ainsi :

  • Ventiler consiste en un processus continu de renouvellement de l’air (jour et nuit). L’air intérieur vicié est ainsi renouvelé par de l’air frais et sains grâce à des systèmes de ventilation, y compris fenêtres fermées

  • Aérer relève davantage d’une action temporaire, consistant à créer un effet de courant d’air au sein du logement (via l’ouverture des fenêtres, portes) sur une période donnée (10min par exemple). L’air vicié sera ainsi expulsé du logement. Mais cette action nécessite une intervention humaine, régulière et constante

 

Aérer son logement constitue un élément de base impactant l’hygiène de vie des habitants mais aussi la salubrité du lieu de vie. L’aération a alors plusieurs rôles :

  • Extraction de l’air pollué ;
  • Apport d’un air neuf et sain ;
  • Lutte contre l’humidité ;
  • Atteste du fonctionnement des appareils à combustion.

 

Comment aérer son logement ?

Il est recommandé d’aérer quotidiennement son logement, au moins 10min, et si possible, plusieurs fois par jour. Cette aération naturelle se fera par l’ouverture des fenêtres/portes afin de chasser l’air intérieur pollué, et de laisser entrer de l’air extérieur frais. Les grilles d’aération permettent également cette circulation des flux d’air, assurant un renouvellement du climat intérieur des pièces.

A noter que l’entretien de ces grilles d’aération devra être régulière pour ne pas laisser la poussière s’installer et ainsi, vicié davantage l’air intérieur. Par ailleurs dans un grand nombre de cas les obstruer (en l’absence de système de ventilation générale et permanent) peut créer de graves problèmes aux occupants, surtout en présence d’appareils à combustion (gaz, fuel, bois).

 

Evolution de la réglementation sur l’aération des logements dans le neuf :

 

La réglementation liée à l’aération et la ventilation des logements neufs a évolué au fil du 20e siècle, comme le présente le schéma ci-dessous, en passant d’abord d’une ventilation indépendante par pièces en 1958, à une ventilation générale et permanente en 1969.

En 1982, un ajout réglementaire est effectué visant à instaurer des débits minimums d’extraction selon le nombre de pièces et l’usage qui en est fait. Aujourd’hui, celui-ci constitue le texte de référence relatif à l’aération dans les logements.

Que l’aération du logement s’effectue de manière naturelle ou mécanique, l’arrêté impose un débit d’air extrait minimum, variable selon la taille du logement.

En 1983, une modification est apportée permettant une modulation automatique du renouvellement d’air.

 

 

 

 

Retrouvez toutes nos ressources en lien avec le thème : #Ventilation, #Qualité de l'air, #Aération, #QAI,
Article suivant
Condensation